La velada de Maria Sabina + vidéo + Mp3

La velada est une cérémonie traditionnelle des chamans mazatèques

Elle commence dans l’obscurité totale afin que les visions soient claires et brillantes.

Une fois les champignons reconnus et bénis par María Sabina, elle les fait passer doucement un par un à travers les volutes de fumée d’encens Copal.

 Les champignons sont toujours consommés en paires de deux, signifiant un mâle et une femelle. Chaque participant consomme entre cinq et six paires, bien que plus puissent être donnés si besoin est. Parce que les énergies spirituelles de la sabia doivent toujours dominer la velada, María Sabina consomme normalement deux fois plus de champignons que ses voyageurs, parfois jusqu’à douze paires.

Suivant la tradition des chamanes et curanderas Mazatèques, María Sabina commence par mastiquer les champignons, les garde quelque temps dans sa bouche, et les avale alors. Les champignons doivent être consommés l’estomac vide et mangés dans une période de 20 à 30 minutes. Elle décide qui doit les prendre et les énergies spirituelles de la sabia dominent toujours la session. Ces sessions sont généralement conduites la nuit, dans l’obscurité totale afin que les effets visuels des champignons soient pleinement exprimés. Une ou deux bougies peuvent être utilisées mais c’est rarement utile. Pendant que les énergies des champignons se répandent dans les voyageurs spirituels, Doña María chante, tape des mains et les frappe sur différentes parties de son corps, créant de nombreux sons différents pendant qu’elle invoque d’anciennes incantations.

Les chants rythmés remplissent alors tout l’espace de sa hutte et vont au-delà des murs vers les horizons lointains de l’infinité. Les chants sont utilisés pour invoquer le pouvoir des champignons et varient suivant les différentes maladies ou maux que la guérisseuse devra soigner. Ayant été une Catholique dévote tout sa vie, elle mélangeait souvent d’anciens rituels mazatèques avec des éléments du christianisme, telle que l’Eucharistie de la religion catholique. Quand les champignons n’étaient pas de saison, María Sabina employait d’autres plantes sacrées avec des rites chrétiens.

María Sabina a reçu ses poèmes/chansons grâce à l'utilisation du champignon psilocybe lors de séances de cure de nuit (veladas): une pratique remontant à la pré-conquête du Mexique et témoin par le chroniqueur espagnol qui a écrit: "Ils paient un sorcier qui les mange [les champignons] et raconte ce qu'ils lui ont appris. Il le fait au moyen d'un chant rythmique à pleine voix." Les champignons sacrés sont considérés comme la source du langage lui-même - sont, selon la bonne phrase de Henry Munn, "les champignons du langage".
 La sélection présentée ici s'écarte du langage plus étendu, voire "grandiloquent" de la plupart des chants, reposant en partie sur des techniques de fragmentation et l'utilisation de sons non sémantiques (syllabes dénuées de sens, bourdonnements, applaudissements, sifflements, etc.). la session elle-même dure toute une nuit, avec de nombreuses images, dénominations "auto", etc., établies tôt et répétées tout au long ou sous forme fragmentée.